Centres de santé communautaire

Un CHECKPOINT est un centre de santé communautaire pour les hommes gay et les autres hommes qui ont du sexe avec des hommes (HSH), et pour les personnes trans* et leur partenaires.

Matériel de protection

 

Préservatifs

Gants et doigtiers

Lubrifiants

Digues et autres films

Allergies

Où trouver ce matériel ?

L'utilisation correcte et systématique d'un matériel de protection adéquate est la meilleure manière d'éviter la contraction et la transmission du VIH,  des hépatites et de réduire le risque de contracter ou de transmettre une autre IST.

Préservatifs

L’emploi du préservatif, externe / « masculin » comme interne / « féminin » ne va pas de soi.

Pour maîtriser pleinement son utilisation, il est conseillé de s’entrainer d’abord seul•e, afin de découvrir ce qui convient le mieux (forme, taille).

Il est important de trouver le préservatif qui vous convienne le mieux, pour une meilleure sensibilité, un meilleur confort pour un plaisir plus grand.

Avant même d’avoir eu son premier rapport sexuel, il serait judicieux d’expérimenter la pose du préservatif. Avec un peu d’entraînement, il est facile d’acquérir une certaine expérience pour la pose du préservatif, engendrant ainsi beaucoup moins de stress et assurant une application adéquate et rapide le moment venu.

L’utilisation adéquate du préservatif:
• Protège du VIH
• Réduit le risque de contracter d’autres IST (Infections sexuellement transmissibles)

 

Normes et qualité

Des labels de qualité existent pour les préservatifs. Il suffit de regarder son emballage et d’y observer les sigles suivants :

Les labels MD-xxxxxx et CE-xxxxxx sont conformes aux normes européennes, aux exigences de qualités, d’emballage et d’information sur le produit. Pour être commercialisés, les préservatifs doivent répondre à l’un de ces deux labels. Pour en savoir + sur le label de qualité : www.guetesiegel.ch

Le label “OK"répond aux normes suisses de qualité, plus exigeantes dans les tests que les normes européennes...

Tous les préservatifs munis d’un de ces sigles répondent aux normes de qualité. Ces normes ne figurent pas sur certains préservatifs dits “fantaisie” – avec des formes, des textures originales – que l’on trouve dans certains sex-shops et commerces.

Date de péremption

La date de péremption est notée sur chaque boîte et sur chaque sachet.

Généralement, les préservatifs peuvent être gardés  (si on les conserve correctement) pour une durée maximale de quatre à cinq ans.

Conservation

Les préservatifs  doivent être stockés à température modérée (entre 5 et 25 degrés Celsius). Il ne faut les exposer ni au soleil ou à la glace et encore moins les garder dans la boîte à gants bouillante d’une voiture ou dans la chaleur humide d’une armoire de salle de bain!

De préférence, ils ne devraient pas être transportés en vrac (sac ou poche de blouson) ou directement dans la poche arrière d’un pantalon, mais dans une petite boîte qui les protègera contre frottement et pression.

Capote (Préservatif externe / « masculin »)

La capote serre… ? L’appliquer est impossible ou fait immédiatement débander … ? Le latex provoque une réaction allergique … ?

Quelle taille choisir?

En dehors de la forme, plus ou moins cintrée et de l’épaisseur (2 à 10 microns), c’est en fait la longueur et la largeur qui importent le plus dans le choix approprié.

Un préservatif de bonne taille permet le plaisir en toute sécurité. Des préservatifs trop petits se déchirent souvent, trop grands ils glissent facilement. Dans tous ces cas, ils n’offrent plus de protection. Les préservatifs ne doivent être ni trop serrés ni trop larges. Ils ne devraient pas non plus être trop courts ou trop longs. Pour un bon choix en termes de longueur et de largeur, le préservatif à la taille adéquate doit couvrir l’intégralité du pénis en érection, se dérouler facilement sans faire de plis et ne doit pas te serrer trop.

MySize

Comment le mettre?

Dans chaque emballage de préservatifs se trouve un mode d’emploi. Il vaut la peine d’y jeter un coup d’œil!

  • Déchirer prudemment l’emballage (préalablement intact) à l’aide de l’entaille.
    Cela doit être fait avec les doigts et uniquement ceux-ci, pas de recours aux dents ou à un accessoire coupant au risque d’endommager le préservatif qui pourrait alors présenter un trou voire se déchirer complètement pendant la pénétration.
  • Sortir le préservatif de l’emballage
  • Pincer l’extrémité du préservatif (réservoir) entre 2 doigts.
  • Placer la capote sur l’extrémité du pénis.
    (Rétracter légèrement le prépuce)
  • Dérouler le préservatif doucement sur le pénis en érection avec le pouce et l’index de l’autre main.

Le préservatif est à usage unique: 1 seule fois pour 1 seul•e partenaire.

Femidom (Préservatif interne / « féminin »)

Le préservatif interne / « féminin » commercialisé sous le nom de ” Femidom ” n’est pas en latex mais en polyuréthane ultra-résistant, très fin, doux et sensible.

Il peut être utilisé également pour la pénétration vaginale mais également anale, après avoir bien-sûr retiré l’anneau qui se trouve à l’intérieur.

Il a l’avantage de ne pas serrer le pénis, est très solide et permet l’intimité sexuelle prolongée (après éjaculation, il n’impose pas le retrait immédiat) et ne provoque pas d’allergie.

Il y a également moins de risque qu’il glisse à l’intérieur du vagin ou du rectum s’il y a une légère baisse de l’érection lors de la pénétration.

Il est aussi sensiblement plus cher que le préservatif externe / « masculin » et s’achète par lot dans les pharmacies ou sur internet.

Gants et doigtiers

Qu’il s’agissent d’utiliser un doigt ou toute la main, il est recommander de la faire avec précaution et en utilisant le matériel adéquate.

Il est préférable de retirer ses bijoux (bagues, bracelets…) et de vérifier que les ongles sont propres et bien coupés.

Ensuite, il est conseillé d’utiliser des gants. Ils sont généralement en latex (gants chirurgicaux) mais peuvent également être en polyuréthane, en nitrile ou en silicone.

Les doigts de ces derniers peuvent être découpés s’il s’agit de n’utiliser qu’un doigt (doigtier) ou de protéger la génitalité d’un homme trans*. 

Les gants et doigtiers doivent être neufs, ils sont à usage unique et doivent être changés entre deux partenaires et/ou deux orifices (vagin/anus).

Lubrifiants

Les gels à base d’eau (les plus communs), de silicone ou de glycérine sont compatibles avec les préservatifs et les gants en latex.

En revanche, les corps gras (comme le Crisco ® ou la vaseline) rendent le latex poreux, mais sont compatibles avec les gants et préservatifs en polyuréthane ou nitrile. Les produits à base de graisse ou d’huile altèrent le latex, ce qui peut provoquer des fissures et au final un déchirement. Pour cette raison, crèmes, lotions pour le corps, huiles de bronzage, vaseline, huiles/lait pour bébé, beurre et autre graisse (Crisco) ne doivent jamais être utilisés comme lubrifiant.

Digues et autres films

Pour les pratiques bucco-vaginales/anales, il est possible de réduire très largement le risque de transmission d’une IST en utilisant une digue ou un produit similaire.

C’est quoi?

Carré de latex ou de polyuréthane (hypoallergénique) ultrafin d'une quinzaine de centimètres de côté, la digue est dite buccale ou dentaire car initialement destinée aux chirurgiens-dentistes. Mais son usage a été étendu à la protection contre les IST lors des cunnilingus et anulingus.

Il est possible de réaliser une digue en découpant un préservatif (masculin ou féminin, plus grand) ou un gant.

On peut également utiliser du film alimentaire non-poreux (pas celui qui va au micro-onde car il est poreux!), qui permet d'ajuster la taille de la digue. La fabriquer revient moins cher, car les digues commerciales valent environ 1,50 euros, mais demande plus de préparatifs avant le rapport.

Comment s’en servir?

La digue est placée entre la bouche et la vulve ou l'anus. Elle est lubrifiée à l'aide d'un gel à base d'eau ou de glycérine sur le côté en contact avec la vulve ou l'anus afin d’y adhérer.

Il ne faut surtout pas faire passer une digue d’un orifice à un autre et/ou d’1 partenaire à l’autre. Comme le préservatif, la digue est à usage unique : 1 seule fois pour 1 seul•e partenaire.

Quels sont les risques si je n’utilise pas de digue?

L’usage d’une digue est fortement conseillé en période de règles ou lorsqu'on sait que le/la partenaire a une IST active et/ou en phase infectieuse.

En cas de pratiques bucco-génital/anal sans protection, si le risque pour le VIH est pratiquement nul (en l’absence de sang), il est possible de contracter d’autre IST.

Dès lors, il est recommander de:

  • Se faire vacciner pour les hépatites A et B.
  • Consulter en cas de symptômes 1 à 2 semaines après un rapport bucco-génital/anal non protégé.
  • Se faire dépister au moins 1 fois par années (à partir d’un frottis pharyngé / de gorge), même en l’absence de symptôme.
Où les acheter?

Condozone

Le Roi de la Capote

Allergies

Il existe plusieurs types d’allergies (latex, lubrifiant, durée prolongée d’utilisation). Mais des solutions existent :

Allergie au latex?

Si des eczémas apparaissent ou en cas de sensibilité connue à certains gants de ménage, il faut alors éviter l’utilisation de préservatifs en latex. Il existe sur le marché des préservatifs sans latex. Les marques Ceylor Original© et Durex Avanti© sont disponibles sur le marché suisse et porter le label de qualité “OK”. L’utilisation du Femidom en silicone peut également être une alternative.

Allergie au lubrifiant?

Utilise des préservatifs non lubrifiés ou poudrés, et utilise des lubrifiants spéciaux à base de glycérine. L’utilisation d’un préservatif hypoallergénique, le Crystal fabriqué par Manix © par exemple.

Où trouver du matériel de prévention?

La journée : grands magasins, pharmacies, supermarchés.

Le soir et le dimanche : pharmacies de garde, gare CFF, aéroport, saunas

La nuit : saunas de nuit, sex-shops, distributeurs et dans certains kiosques

Sur internet :