Centres de santé communautaire

Un CHECKPOINT est un centre de santé communautaire pour les hommes gay et les autres hommes qui ont du sexe avec des hommes (HSH), et pour les personnes trans* et leur partenaires.

Dépistage régulier

Comment savoir si je suis séropositif au VIH?

En faisant un dépistage du VIH!

En cas de prise de risque élevé, (ex : pénétration anale avec utilisation partielle ou sans préservatif ou avec rupture de préservatif) le plus tôt possible et au maximum dans les 48h, il est possible de prendre un traitement d'urgence (PEP) afin de réduire le risque d'infection.

En cas de relation sexuelle non protégée, les tests de dépistage du VIH actuels peuvent révéler une infection dès 15 jours après une exposition potentielle.

Si le test est réactif, le résultat doit être confirmé sur un deuxième prélèvement immédiat. Si le test est négatif, il est nécessaire de le confirmer par un autre dépistage 3 mois après le rapport non protégé afin d’exclure toute infection par le VIH.

Concrètement, cela signifie que l’on est assurément séronégatif seulement si, durant les 3 mois précédant le test, aucun rapport non protégé n’a eu lieu. Cela est aussi valable pour ses partenaires. Comme on est très infectieux dans les semaines qui suivent l’infection, de nombreuses transmissions ont lieu, pendant cette période, entre des partenaires qui se croient faussement séronégatifs au VIH.

C’est pourquoi le risque de contracter le VIH est élevé lors de rapports sans préservatifs avec un homme se prétendant séronégatif mais ayant eu des rapports non protégés dans les 3 mois précédant le dernier test.

J’ai peur d’être infecté•e et je n’ose pas faire le test. Que faire?

Vivre dans la peur et le doute n’apporte rien de bon et attendre d’être pour faire peut avoir un impact négatif et diminuer l’espérance de vie lié à l’infection VIH.

Les traitements anti VIH ont beaucoup évolué ces dernières années. Pour sa santé et son futur, il est préférable de se faire dépister et ainsi pouvoir agir au mieux pour soi et pour ses partenaires, en toute connaissance de cause./p>

Le dépistage régulier (tous les 3 à 6 mois) est une stratégie couramment appliquée. Toutefois, le dépistage régulier ne convient pas pour réduire le risque individuel étant donné que l’attention se porte sur le statut sérologique, et non sur le comportement en matière de protection. Le dépistage tous les 3 mois peut statistiquement diminuer le nombre de partenaire(s) infectés mais il s’agit de prendre en considération la fenêtre sérologique des 3 mois qui implique qu’un test négatif peut faussement rassurer et la personne en primo-infection peut être la source d’infection de plusieurs personnes.

Ce qui compte, ce n’est pas un dépistage fréquent, mais un test réalisé à temps en cas de risque.

Quiconque a eu un rapport non protégé devrait réaliser un dépistage précoce après 15 jours et respecter les règles du Safer Sex jusqu’à l’obtention du résultat d'un second test de dépistage à 3 mois du risque.