Centres de santé communautaire

Un CHECKPOINT est un centre de santé communautaire pour les hommes gay et les autres hommes qui ont du sexe avec des hommes (HSH), et pour les personnes trans* et leur partenaires.

PEP & PrEP

J’ai eu un rapport sans capote ou le préservatif s’est déchiré. Est-ce que je dois attendre 3 mois pour faire quelque chose?

Non! Il ne faut pas attendre !

PEP

PrEP

PEP

La PEP (PEP = Post Exposure Prophylaxis ou PPE = Prophylaxie Post Exposition) au VIH est une thérapie antirétrovirale prise par une personne séronégative après une exposition potentiellement élevée au VIH pour éviter une infection.

Après un rapport présentant un risque élevé de transmission du VIH (pénétration avec utilisation partielle ou sans préservatif ou rupture du préservatif, sperme ou sang d’une personne séropositive sans traitement efficace dans la bouche) il ne faut pas attendre et se rendre le plus tôt possible, au maximum dans les 48h, au Checkpoint aux heures d’ouverture ou aux urgences de l’hôpital le plus proche, de jour comme de nuit, pour demander une PEP, dans le but d’empêcher l’infection par le virus VIH. Ce traitement est semblable à celui des personnes séropositives au VIH. Il nécessite un suivi médical.

La PEP ne convient pas comme stratégie de protection permanente ou de prévention primaire. Le traitement est en général bien toléré avec peu d’effets secondaires. Un risque de toxicité est toujours possible comme avec la plupart des traitements. Le rapport risque-bénéfice doit toujours être évalué par un•e médecin.

Qu’est-ce que la PEP ?

La PEP est une thérapie antirétrovirale débutée après une exposition potentiellement élevée au VIH afin d’éviter une infection. Elle n’est efficace que si elle commence immédiatement après un contact à risque, le plus tôt possible, au plus tard dans les 48 heures. Pour être efficace, une PEP doit se poursuivre pendant 4 semaines (28 jours).

En règle générale, une PEP utilise une combinaison de trois médicaments équivalents à la trithérapie antirétrovirale que prennent les personnes séropositives au VIH.

Comment se passe une PEP ?

Une consultation médicale est nécessaire avec anamnèse (historique sexuel et évaluation du risque), dépistage du VIH et bilan sanguin de base avant prescription de la PEP.

Une consultation de contrôle avec prise de sang a lieu après 15 jours de traitement dans le but d’évaluer la tolérance au traitement.

3 mois après le risque, il convient de confirmer par un test de dépistage VIH qu’il n’y a effectivement aucune infection.

Pendant toute la durée du traitement PEP et jusqu'au test de dépistage à 3 mois du risque, la personne doit respecter les règle du Safer Sex.

En effet, si malgré la PEP, une infection devait advenir, la personne pourrait alors entrer dans la phase très infeciteuse de primo-infection.

La PEP nécessite une ordonnance et coûte de 2000 à 3000 francs y compris les coûts de consultation et les analyses de laboratoire à réaliser. L'ensemble des frais sont pris en charge par la caisse d’assurance maladie, au-delà de la franchise et hormis la quote-part de 10%.

Comment agit une PEP ? Et quelle est l’efficacité de la protection ?

La PEP est une thérapie antirétrovirale identique à celle utilisée pour le traitement des personnes séropositives au VIH et dont l’effet consiste à bloquer efficacement la reproduction virale.

Quand une thérapie PEP est-elle recommandée, quand est-elle proposée ?

La PEP peut être prescrite après un risque objectif de transmission du VIH, évalué par un médecin, notamment certaines situations sexuelles à risques ou lors d’exposition à du sang (échange de seringue ou exposition professionnelle).

Il est toujours préférable pour la personne évaluant la nécessité de la PEP d’avoir le plus d’informations possibles sur la personne source (ex. partenaire sexuel•le): statut VIH et si VIH+: charge virale et traitement antirétroviral.

La PEP est recommandée uniquement dans les situations évaluées comme très risquées selon des données épidémiologiques ou biologiques :

  • Lorsque la personne source (ex. partenaire sexuel•le) est séropositive et que, soit elle n’est pas sous traitement, soit les effets de la thérapie sont insuffisants, et uniquement dans les situations à risque suivantes : pénétration anale / vaginale sans préservatif (même sans éjaculation), sperme ou sang dans la bouche, échange de seringues.
  • En cas de viol (pénétration anale / vaginale non protégée (même sans éjaculation), sperme ou sang dans la bouche.
  • Lors de pénétration anale / vaginale sans préservatif (même sans éjaculation) avec une personne appartenant aux groupes particulièrement vulnérables au VIH (ex. Hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes, personne usagères de drogue par voie intraveineuse, personnes provenant de pays à haute prévalence VIH).

PrEP

La prophylaxie pré-exposition au VIH (PrEP-VIH) est une thérapie antirétrovirale prise par une personne séronégative afin d’éviter une infection et ce avant de se trouver dans une situation présentant un éventuel risque de transmission du VIH.

Ce traitement préventif ne se substitue pas aux préservatif mais il vient s’ajouter aux outils de réduction des risques et des méfaits dans le cadre d'une prévention diversifiée où chacun•e peut trouver l'outil ou la stratégie qui lui convient.

Son indication est à discuter avec un•e médecin qui pourra en assurer le suivi.

Actuellement, le traitement en lui-même n’est pas remboursée par l’assurance maladie. Les consultations et les analyses qui en découlent relèvent par contre de l'assurance obligatoire des soins.