Centres de santé communautaire

Un CHECKPOINT est un centre de santé communautaire pour les hommes gay et les autres hommes qui ont du sexe avec des hommes (HSH), et pour les personnes trans* et leur partenaires.

Thérapie efficace

Est-ce que les traitements guérissent de l’infection au VIH ?

Non. Les traitements limitent le développement de l’infection et permettent d’éviter le sida en cas de prise adéquat. Ils permettent d’avoir une espérance de vie, selon les cas, proche des personnes non porteuse du VIH.

Si je suis séropo, que je prends mon traitement régulièrement et que ma charge virale est indétectable, est-ce que je risque de transmettre le VIH si je n’utilise pas de préservatif ?

Non, dans le cadre d’une relation stable et sous certaines conditions.

Sous quelles conditions une personne séropositive peut abandonner le préservatif ?

Pour une personne séropositive en couple stable avec une personne séronégative, il est possible d'abonner le préservatif seulement si tous ces points sont réunis :

La charge virale est le principal facteur déterminant la capacité infectieuse d’un individu séropositif. Elle est donc très forte pendant la phase de primo-infection. D’autre part, il n’y a plus de risque de transmission sexuelle lorsque la charge virale est restée au-dessous du seuil de détection pendant au moins six mois grâce à une trithérapie efficace, qu’aucune autre IST n’est présente et que l’adhésion au traitement et donc l’efficacité de la poursuite de la thérapie est garantie.

Une trithérapie efficace constitue actuellement, avec le préservatif, la protection la plus efficace contre la transmission du VIH. Cependant, cette stratégie ne peut être utilisée que par des individus séropositifs et ne devrait remplacer le préservatif que dans des partenariats stables sérodifférents exclusifs sexuellement et après décision commune et éclairée.

Serosorting & Serodisclosure.

Pour les personnes porteuses du VIH, des informations précises et objectives sur ce thème sont indispensables. Elles doivent pouvoir en discuter avec leur médecin. Le CHECKPOINT peut également fournir des renseignements sur ces questions.

Qu’est-ce que la charge virale ?

La charge virale désigne la concentration des virus VIH dans le sang d’un individu séropositif. Cette concentration s’exprime en nombre de copies du virus (cp) par millilitre (ml) de plasma sanguin. Elle est un indicateur de l’activité de production virale.

Quelle est l’influence la charge virale sur le risque d’infection ?

La charge virale est considérée comme le principal facteur permettant d’estimer la capacité infectieuse d’un individu séropositif. Pendant la phase de primo-infection, la charge virale étant très élevée, le risque infectieux est donc très élevé. D’autre part, de nombreuses études permettent de présumer qu’avec une charge virale stable, en dessous du seuil de détection, il n’y a plus de risque de transmission du VIH.

Le principal risque d’une éventuelle transmission du VIH par des individus sous trithérapie avec une charge virale stabilisée en dessous du seuil de détection réside donc dans l’abandon de la thérapie et l’augmentation concomitante de la charge virale. Les contrôles réguliers chez un•e médecin permettent de vérifier que la charge virale reste bien indétectable. Lorsque le traitement fait l’objet d’une adhésion suffisante, la charge virale ne devrait pas atteindre, entre deux contrôles, des valeurs pouvant présenter un risque d’infection.

Quelle est l’efficacité de la protection d’une trithérapie efficace ?

Si la charge virale se situe en dessous du seuil de détection et si toutes les mesures effectuées pendant au moins six mois montrent une stabilisation à ce niveau, il est possible de présumer que le nombre de virus présents dans les cellules infestées, dans le sperme et dans les sécrétions des muqueuses est aussi comparativement faible et qu’il n’y a plus de risque de transmission sexuelle. Cependant, la condition pour que cette affirmation soit valable est qu’il n’y ait pas présence simultanée d’une infection due à une autre IST. Le risque de transmission du VIH pourrait alors à nouveau augmenter, même avec une trithérapie efficace.

Pour que, dans la pratique, on puisse présumer qu’un individu séropositif ayant une faible charge virale présente une capacité infectieuse aussi réduite, il faut que l’individu en question soit en permanence sous trithérapie efficace, ce qui nécessite de sa part une adhésion au traitement.

La trithérapie peut-elle être un moyen de prévention efficace?
Une thérapie efficace contre le VIH (charge virale stable en dessous du seuil de détection) constitue actuellement, avec le préservatif, la protection la plus efficace contre une transmission du VIH.

En plus des effets souhaités, une trithérapie peut parfois avoir des effets secondaires. Une discipline dans la prise des traitements antirétroviraux pour les personnes porteuses du VIH est nécessaire pour que la thérapie ait un effet optimal le plus longtemps possible ainsi que sur le risque de transmission.

Seule la personne séronégative court le risque restant de transmission du VIH en dépit de la thérapie suivie par son ou sa partenaire.

Une trithérapie efficace n’offre aucune protection contre les autres IST ou contre une grossesse non planifiée.

En cas de présence d’une autre IST, la trithérapie peut faillir en tant que moyen de prévention de la transmission du VIH.

Une trithérapie efficace entre 2 partenaires sérodifférents est donc un moyen efficace pour éviter une transmission du VIH mais ne permet pas de prévenir la transmission d’autres infections sexuellement transmissibles.